Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

Wilsons Promontory National Park

Après avoir parcouru la Great Ocean Road, à nous le parc national le plus au sud de l’Australie continentale : le Wilsons Promontory National Park. Situé à environ 200 km au sud-est de Melbourne, c’est d’après le guide un des parcs les plus appréciés du pays.

Lundi matin nous partons sous la pluie, le temps à Melbourne est devenu ce que l’on nous en disait : 4 saisons en une journée. On passe facilement d’un grand soleil qui chauffe bien à une pluie froide en une demi-heure, il faut toujours être prêt à tout quand on sort de chez soi ! Après deux bonnes heures de route, nous voilà enfin arrivés dans le parc. Plusieurs panneaux nous annoncent de suite qu’il faut faire attention sur la route à la faune locale : wombats, kangourous, wallabies et émeus. La première rencontre que nous ferons sera un wombat écrasé au milieu de la route. D’ailleurs tous les wombats que nous verrons seront soit de dos (parce qu’ils partent dans les fourrés), soit écrasés… C’est un animal craintif mais lent, qui n’a certainement pas le temps de se dégager d’une voiture arrivant rapidement. Nous arrivons ensuite devant une clairière dans laquelle quatre émeus se baladent. On arrête donc la voiture pour prendre quelques photos. Christian ne peut s’empêcher de leur courir après et l’un des émeus doit avoir un problème : sa tête se balance dans tous les sens et il manque de tomber à chaque virage qu’il prend, ça en devient comique, même si la pauvre bête doit avoir un problème…

Après cette rencontre étonnante, nous continuons notre route jusqu’à un parking pas loin d’une baie avec quelques jolies plages. Le vent souffle, il fait frais, et le ciel est chargé, mais la vue magnifique : une grande baie presque déserte, avec des collines verdoyantes de chaque côté, l’endroit est idéal pour pique-niquer. Nous nous posons sur des rochers, malheureusement pas à l’abri du vent, ce qui est moins idéal quand on veut se préparer des sandwichs, mais la vue nous fait vite oublier ce petit inconvénient. Une fois notre repas consommé, nous allons en direction du Mount Oberon, histoire d’en faire l’ascension avant le coucher du soleil qui commence à 18h en ce moment.

Nous nous garons à son pied puis suivons le chemin bien large, destiné apparemment aux voitures des rangers. Après avoir traversé une forêt d’eucalyptus, nous nous retrouvons proches du sommet, qui se trouve dans les nuages. Autant dire que la supposée vue magnifique sur le parc est compromise. Pour couronner le tout, il se met à pleuvoir de plus en plus fort… Nous rebroussons donc chemin sans avoir vu le sommet. Une fois en bas, évidemment, il fait beau, ma malédiction des points de vue continue de sévir ! Nous hésitons presque à remonter, mais la nuit va bientôt tomber et il faut quitter le parc avant le coucher du soleil. Nous nous dirigeons donc vers la sortie (qui est également l’entrée) pour chercher un endroit où poser la voiture pour dormir (il faut payer si l’on veut passer une nuit dans le parc).

Nous passons la nuit dans un champ pas très loin de l’entrée. Il fait moins froid que la semaine dernière, ce qui n’est pas pour nous déplaire ! Levés vers 8h, nous repartons rapidement vers le parc et décidons de faire le Lilly Pilly Gully Nature Walk pour commencer la journée. C’est une promenade assez courte, avec de beaux paysages et un très agréable petit chemin dans une forêt humide qui nous change des éternels eucalyptus que nous voyons tout le temps ici. Après un peu de marche, nous arrivons devant un spectacle assez étonnant : suite à des inondations, une bande de terrain large de plusieurs dizaines de mètres a été complètement détruite par un torrent. Ce qui est assez saisissant c’est de voir le ruisseau actuellement, qui a un débit comparable à celui des caniveaux à Paris… Nous en profitons pour faire une petite sieste qui commence sous le soleil et finit sous une pluie battante (heureusement ce n’était qu’une averse…) qui nous force à redescendre vers la voiture.

Nous allons ensuite jusqu’au parking de Tidal River, qui est le point de départ de plein de randonnées et l’endroit où l’on trouve barbecues, restaurant, sanitaires… On pose la voiture et on se dirige à pied vers Norman Bay, juste à côté. Encore une plage superbe, très venteuse, avec un sable d’une finesse incroyable qui forme régulièrement de jolis tourbillons. Dommage qu’il ne fasse pas plus chaud, se baigner ici doit vraiment être agréable. Nous allons donc nous poser sur des rochers afin de savourer le paysage, l’Australie est vraiment à son top dans ce genre d’endroit. Ce n’est pas la ville qu’il faut venir chercher ici, mais bien les grands espaces et les paysages à couper le souffle… Après avoir nourri nos yeux, nous commençons à avoir faim et on se dirige donc vers le parking, afin de nous faire chauffer un petit repas ! On décide de faire bouillir de l’eau pour des ramen (on n’était pas sûr de trouver des barbecues, on n’a malheureusement pas pris de viande à cuire…), ce qui prend un temps infini… Après une bonne vingtaine de minutes on fait donc nos ramen à l’eau juste chaude, que l’on mange avec des beans plus que tièdes (pourquoi changer une équipe qui gagne !). Durant ce fantastique repas, un kookaburra (avec son bruit si typique qui ressemble à des cris de singe) nous approche et se laisse toucher par Christian, on dirait presque qu’il est apprivoisé ! Je n’aimerais tout de même pas que son bec trapu me prenne pour cible…

Une fois repus, nous repartons tranquillement vers la sortie, sans but précis, et nous arrêtons au niveau d’une sorte de forêt de ce qui semble être des arbres morts aux troncs gris. Il n’y a pas vraiment de chemin pour y aller mais nous trouvons tout de même le moyen d’y entrer, et ne le regrettons pas. En effet, tous ces troncs gris, assez fins, sont en train de pourrir sur pied et la plupart tombent si l’on s’y appuie (ce qui est assez marrant d’ailleurs, je pense que nous avons bien participé à la chute des arbres dans cette région du parc !). Nous nous trouvons donc dans un paysage très étrange, qui fait penser à un village sur pilotis dont seules les fondations seraient restées, longtemps après le retrait de l’eau. On s’y balade quelque temps jusqu’à ce que la végétation soit trop touffue pour que nous puissions continuer. En revenant, nous décidons d’emprunter un chemin juste à côté, fermé au public mais qui a tout à fait l’air praticable. Ce dernier nous amène au bord d’un grand marécage, très paisible où nous faisons une pause avant d’en être de nouveau chassé par la pluie. Pluie qui n’a pas que des mauvais côtés d’ailleurs car elle nous permet de voir un superbe arc-en-ciel ! Le soleil commence alors à se coucher et nous repartons vers Melbourne, après une escapade bien agréable !

Billet écrit le 24/04/2013


Laisser un commentaire




24/04/2013

10/03/2013

12/03/2013

20/04/2013