Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

Adelaide, le retour !

Mount Gambier s’avère une ville peu intéressante. Nous partons donc rapidement après le réveil. Nous étions juste sur le bord d’un champ, donc à part les vaches nous n’avons pas dû déranger grand monde. Notre première étape de la journée est un vignoble du coin, la région en compte plein et nous avons l’embarras du choix. Nous choisissons le Zema Estate et nous arrivons pile poil pour l’ouverture, à 9h, sous un grand soleil. Nous goûtons un blanc et deux rouges (des petites quantités, il est tôt quand même !) et finissons par nous prendre 2 bouteilles d’un bon rouge au goût très proche d’un Bordeaux. Ce sera parfait pour agrémenter les repas !

De retour sur la route, nous arrivons rapidement au niveau du Naracoorte Caves National Park, le seul endroit d’Australie du Sud classé héritage mondial. Il s’agit d’un parc national contenant plusieurs caves dans lesquelles ont été trouvés des fossiles de marsupiaux apparemment d’une grande importance pour la communauté scientifique. Nous nous contentons de faire une balade agréable dans la forêt environnante, suivie d’une pause dans le café du parc avec café et scones frais. Le temps est assez changeant et il fait vite froid dès que le soleil disparaît derrière les nuages, sans compter les quelques petites averses.

Nous partons ensuite vers Adelaide, qui est à plus de 400 km mais que l’on compte atteindre en fin de journée (c’est-à-dire avant 18h, le coucher du soleil). Nous n’avons toujours pas vérifié les niveaux d’huile et d’eau et la pression des pneus et le faisons donc dans une station service de Naracoorte, en même temps que l’on fait le plein (on en fait un par jour, ce van consomme quand même pas mal). Thomas a alors la mauvaise surprise de remarquer un clou dans la roue avant gauche ! Le pneu n’est pas à plat mais se dégonfle tranquillement… Heureusement nous avons pris une assurance qui, après l’avoir contactée, nous propose de faire venir un réparateur à leurs frais. Par acquis de conscience, je vais tout de même demander à la caissière de la station service qui m’indique une boutique de pneus tout près. Nous choisissons cette solution et bien nous en a pris car nous pouvons faire changer le pneu aux frais de l’assurance en 20 minutes. Cela nous laisse le temps de faire le tour de la ville, qui n’est pas spécialement intéressante, avant de récupérer notre van avec un pneu réparé.

La route vers Adelaide se passe ensuite sans encombres, si l’on omet le fait que le pneu qu’on nous a remplacé était sous-gonflé à 250 kPa au lieu de 350… Nous nous rendons compte de cela dans une station service car Tom avait un peu de mal avec la direction du van. Nous arrivons à Adelaide à la nuit tombée et on se pose au niveau des grands jardins qui entourent la ville, dans une rue relativement passante mais assez tranquille. Après avoir vérifié que nous pouvions rester pour la nuit, nous partons nous balader un peu.

C’est marrant de revenir dans cette ville, je reconnais les endroits et suis même capable de m’y orienter ! Nous allons nous poser dans un pub pour boire une bière locale (pas mauvaise du tout d’ailleurs), puis repartons vers le van. En préparant à manger nous entendons parfois (mais très rarement) passer des gens. C’est assez étrange, surtout lorsqu’on pense qu’on est tout près du centre-ville… La nuit se passe bien, même si nous sommes réveillés assez tôt par les piaillements incessants des oiseaux dans les arbres et le trafic qui s’intensifie.

Le temps est superbe et la première chose que nous faisons est de réserver une visite à la Haigh’s Chocolate Factory. Nous avons une place à 11h, ce qui nous laisse le temps d’aller nous laver ! J’avais en effet cherché sur le Net s’il n’était pas possible de prendre une douche gratuitement dans la ville, et une personne parlait de la station de bus centrale. Nous ne sommes pas loin et nous allons donc voir, avec tout ce qu’il faut sur nous au cas où. Bonne pioche : pour une caution de 20$, nous pouvons prendre une douche et ça fait du bien, nous ne nous étions pas lavés depuis notre départ… Après cela, nous allons reposer nos affaires sales dans le van, puis direction Haigh’s. La visite n’a pas changé, et ils donnent toujours autant de chocolats, ce qui est appréciable.

Nous allons ensuite nous balader et mangeons dans un restau chinois correct. On ne va tout de même pas pousser le vice jusqu’à cuisiner en pleine journée dans la ville… Une fois rassasiés, Tom va au musée de l’immigration pendant que je fais une sieste super agréable au soleil un peu plus loin, puis nous allons à la bibliothèque nationale profiter du Wi-Fi gratuit de qualité. Vers 16h30, nous faisons quelques courses : un pack de bières dans une bottle shop et des ramen dans un supermarché asiatique.

De retour dans le van, il est l’heure de partir vers le Mount Lofty, dans les environs d’Adelaide, à côté duquel nous allons chercher à nous poser pour dormir. Nous arrivons au sommet de nuit et la vue est vraiment superbe : Adelaide est à nos pieds, scintillant de tous ses feux. Il fait tout de même assez frais donc nous repartons rapidement afin de trouver un endroit où dormir. Rouler de nuit dans un endroit plein de côtes est assez éprouvant pour Tom et nous cherchons pendant de longues minutes avant de trouver un lieu isolé et calme, au bord d’un parc.

Nous commençons donc à faire à manger tranquillement quand soudain le van se met à tanguer violemment, comme si un tremblement de terre avait lieu. Tom a le réflexe d’éteindre le gaz, mais nous n’avons aucune idée de ce qui a pu se passer… Il faut que l’un de nous se dévoue à aller voir dehors et je m’y colle, muni de ma lampe frontale et d’un couteau (qu’en ferais-je, aucune idée, mais les années d’expérience de scoutisme de Tom m’incitent à lui faire confiance sur la marche à suivre). Une fois sorti, j’inspecte chacun des pneus, qui sont en bon état, et regarde alentour, voir s’il n’y a pas de bêtes sauvages qui traînent. Rien. Thomas sort alors et se rend compte que nous ne sommes plus au même endroit : il avait oublié de serrer le frein à main et nous avons roulé une bonne dizaine de mètres sur un terrain accidenté ! Heureusement qu’il y avait une pente ascendante pour nous freiner naturellement… Nous remettons donc le van dans sa position initiale et, après avoir vérifié que le frein à main est bien serré, nous nous remettons à la cuisine. Un bon repas n’est pas de trop après ces émotions ! Demain, direction Port Augusta !

Billet écrit le 02/05/2013


Laisser un commentaire




02/05/2013

21/03/2013