Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

La traversée de l’Australie du Sud

Nous partons tôt, comme d’habitude, après une nuit sans déplacements intempestifs du van. Notre première destination est la Barossa Valley, célèbre pour ses vins dans toute l’Australie. Je n’avais pas eu le temps de m’y rendre lors de mon premier passage à Adelaide, je ne veux donc pas la louper cette fois ! Nous roulons jusque Tanunda, au cœur de la vallée, et traversons de jolis paysages qui font beaucoup penser à la campagne française : petites collines verdoyantes, routes sinueuses et villages moins moches que d’habitude. Nous commençons également à voir les poteaux macabres : un panneau annonce régulièrement que sur le bord de la route sont placés des poteaux rouges pour les blessés et noirs pour les morts. Probablement une technique pour rappeler qu’il faut faire attention… Nous n’en voyons pas tant que ça, mais l’effet est à chaque fois étrange.

Arrivés à Tanunda, nous allons centre d’information, où une hôtesse nous donne un plan contenant tous les vignobles du coin. Il y en a 77, nous allons donc devoir choisir ! Je lui demande lesquels sont les plus connus, et nous portons notre choix sur Wolf Blass, qui est sur notre route de toute façon. Avant d’y arriver, nous passons par le Mengler Hill Lookout, qui offre une vue imprenable sur toute la vallée, en plus d’une dizaine de sculptures en pierre assez quelconques. Le vignoble Wolf Blass est apparemment un des plus importants d’Australie, ce que ne manque pas de nous apprendre le petit musée attenant à la salle de dégustation luxueuse. Les vins y sont tout de même assez chers et la dégustation est payante, nous repartons donc sur la route.

Nous sommes rapidement dans une région assez aride et peu peuplée. De chaque côté de la route, d’immenses plaines s’étendent à perte de vue, parfois agrémentées de quelques moutons. Il y a également un vent de côté puissant qui oblige Tom à toujours rester bien attentif pour corriger sa trajectoire. Nous faisons une pause à Burra pour manger, et y trouvons un petit parc avec barbecue bien agréable. Après les steaks, une petite sieste et c’est reparti ! Sur la route de Port Augusta, nous passons dans un village qui annonce avec fierté un eucalyptus géant. C’est un peu une coutume : avant chaque ville du coin, un panneau annonce les choses qu’on peut y voir ou faire, et il y a très souvent une attraction de ce style. Nous y allons donc, cela sera le prétexte pour faire une pause. L’eucalyptus est en effet imposant et majestueux, il serait âgé de plus de 500 ans, ce qui en fait d’après eux le plus vieil arbre d’Australie du Sud. Nous profitons du temps superbe pour faire une petite balade dans les environs qui nous mène jusqu’à un pont de chemin de fer abandonné au milieu de nulle part.

Arrivés à Port Augusta, nous commençons par aller nous ravitailler avant de chercher un endroit où passer la nuit. La ville est plutôt grande mais très calme et nous n’avons pas trop de mal à trouver une rue paisible où nous garer. Pour la première fois depuis que nous sommes partis, il fait chaud la nuit et nous laissons même les petites fenêtres d’aération ouvertes. Ça nous change des autres fois où nous étions obligés de nous calfeutrer pour éviter d’avoir trop froid pendant notre sommeil…

Départ matinal, comme à l’accoutumée, notre objectif aujourd’hui est d’atteindre Ceduna, à 450 km de là, où nous avons réservé une place de camping. Nous pourrons ainsi y faire le plein d’eau avant d’attaquer les Nullarbor Plains : plus de 1800 km de vide, avec des « villages » espacés de 200 km… Nous faisons la route jusque Ceduna quasi d’une traite. On commence à attaquer les parties vraiment désertes de l’Australie. Il y a jusqu’à 80 km entre les villages (et vraiment rien du tout entre les deux, juste des grandes plaines avec des petits buissons) et si l’on enlève les gros camions et les caravanes et autres camping-cars, il ne reste plus grand chose comme trafic.

Nous arrivons à Ceduna à 13h et trouvons rapidement notre caravan park. Nous avons la flemme de cuisiner et nous faisons de bons sandwichs au rosbif avant une petite sieste bien agréable. Le camping a l’air rempli de retraités qui sont arrivés ici avec leur gros 4x4 tirant un imposant camping-car. Nous faisons un peu tâche… Après la sieste, nous allons visiter la ville. Elle est au bord de la mer, avec une très grande jetée au bout de laquelle des pêcheurs sont en train d’attendre que le poisson morde, sans grand succès si j’en crois leurs alentours. Ceduna en elle-même n’a rien de spécial, hormis un grand nombre de caravan parks ce qui est certainement lié à son côté « dernière ville avant le désert ». Je passe le reste de l’après-midi à préparer des billets de blog, légender les photos et lire. Le soir nous nous faisons cuire des steaks de kangourou sur le barbecue un peu faiblard du caravan park. Ils sont malheureusement marinés, nous n’en avons pas trouvés de « purs », et le goût ne me plaît pas vraiment, mais il fallait au moins tester cela une fois durant le séjour…

Billet écrit le 04/05/2013


Laisser un commentaire




04/05/2013