Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

La fin de Nullarbor

Nous partons assez tôt du caravan park de Ceduna, tout le monde autour de nous est super matinal et à 7h du mat la plupart des gens sont déjà sur le départ ou partis… Cela n’incite pas à la grasse mat’ ! Notre objectif pour la journée est d’atteindre Eucla, première ville après la frontière avec l’Australie Occidentale, à plus de 500km de là.

La première ville après Ceduna, Penong, est à 70km, ça annonce la couleur pour le reste du parcours ! En effet, nous ne tarderons pas à rentrer dans les Nullarbor Plains, dont le nom vient du latin Nullus Arbor, qui signifie aucun arbre. Et s’il n’y a en effet pas d’arbres, il n’y a pas non plus des masses de villes, si l’on peut appeler « ville » quelques maisons groupées autour d’une station service… Nous roulons donc à travers un paysage très répétitif de plaines à perte de vue avec des petits buissons, sur des routes majoritairement en ligne droite avec parfois une courbe. La seule chose qui change un peu l’ordinaire est le dépassement d’une caravane ou d’un camion.

Nous faisons une pause pour déjeuner dans un parking sur le bord de la route. Il vaut mieux rester dans le van, malgré qu’il fasse très doux dehors. En effet, dès qu’on sort, on se fait agresser par des dizaines de mouches qui visent les commissures des lèvres, les narines et les oreilles. Autant dire que rapidement on n’essaie même plus de les chasser et qu’on se contente de souffler quand elles tentent de rentrer dans les narines (le plus désagréable je trouve). Ces mouches sympathiques seront présentes à chacune de nos pauses, c’est un des bonheurs de voyager dans l’Australie profonde ! La route est parallèle à la côte d’une dizaine de kilomètres et nous profitons d’un point de vue pour faire une pause et admirer les magnifiques falaises aux dimensions australiennes.

Mais les Nullarbor Plains c’est aussi une essence hors de prix, avec des clients captifs (entre Ceduna et Norseman il y a plus de 1200 km et seulement 10 « villes » avec une station-essence, autant dire qu’il faudra forcément faire un plein à un moment donné !) qui doivent payer le litre de sans plomb 91 entre 1,85 et 1,91$, sachant qu’on trouve généralement l’essence entre 1,25 et 1,45$… Les passages à la caisse font mal ! L’autre bonne surprise, nous l’avons au passage de la frontière entre l’Australie du Sud et l’Australie Occidentale : il faut jeter tous les fruits et légumes frais ! On ne comprend pas vraiment pourquoi, mais on doit dire adieu à nos pommes, bananes et oignons. Je mange rapidement une pomme et une banane, histoire de ne pas tout jeter, mais nous nous retrouvons sans dessert jusqu’au prochain supermarché (à près de 1000 km de là…) !

Après la mise en quarantaine de nos fruits et légumes, Eucla est toute proche. En fait de ville il s’agit plutôt, comme tout le temps depuis que nous avons quitté Ceduna, d’une grande station-service/motel. Après avoir fait le plein, nous partons nous balader un peu et voyons que la station télégraphique abandonnée (qu’il faut apparemment voir) est à 4 km. Nous retournons donc au van (on prend vite de mauvaises habitudes quand on est motorisé…) et allons nous garer juste avant les dunes. Nous partons ensuite nous promener dans ces dunes qui, après plus d’un kilomètre de marche dans du sable blanc fin, nous mènent à une superbe plage déserte. Le sable y est si fin que, lorsqu’il est mouillé, on a l’impression d’avoir de la glaise dans les mains. Au passage, nous voyons les fameuses ruines de la station télégraphique, dont il ne reste que les murs submergés par le sable. À la nuit tombée, le ciel est superbe, nous y voyons plein d’étoiles et je passe quelques minutes allongé dans les dunes à rêver. Nous passons la nuit sur ce parking, tranquille et isolé, c’est dans ces conditions qu’avoir un van est un vrai bonheur !

Notre prochaine étape, Norseman, est à 700 km de là. Nous partons tôt histoire de ne pas arriver trop tard là bas. Le changement de fuseau horaire nous aide, on a enlevé 1h30 à nos horloges il est donc facile de se lever aux aurores ! Cette étape, certainement la plus longue de notre road trip, n’est pas la plus intéressante : on longe des plaines pendant toute la durée. Nous empruntons également la plus longue route en ligne droite d’Australie : 145 km sans un virage ! On n’était pas vraiment dans un tortillard alpin avant, le contraste n’est donc pas saisissant, mais on s’en rend tout de même compte…

Nous arrivons à Norseman à 15h30. Il s’agit d’une ancienne grosse ville minière qui a bien perdu de son attrait depuis. La plupart des boutiques sont à vendre et, si l’on en juge par la quantité de poussière qu’il y a sur les meubles à l’intérieur, les repreneurs ne sont pas légion. Et niveau accueil il y a mieux : à l’entrée du seul supermarché de la ville, un poster fait main montre les photos de surveillance d’une dizaine de backpackers ayant volé dans ce magasin, en indiquant bien que ces photos sont transmises dans les villes alentour. Autant dire que lorsque nous ressortons sans rien acheter (les prix sont vraiment prohibitifs), la caissière nous regarde de travers.

Bref, nous ne nous éternisons pas dans cette ville fantôme et partons chercher un emplacement où dormir. Nous trouvons rapidement un parking à quelques kilomètres de la ville, qui s’enfonce dans les bois et nous permet d’être assez bien cachés depuis la route. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à avoir cette idée : 4 vans et camping cars vont se poser dans les alentours. Il faut croire que Norseman fait le même effet à beaucoup de monde…

Billet écrit le 06/05/2013


Touky

Mad Max !

09/05/2013 à 18:44:56 +02:00

gaspard

145.6km de ligne droite dans la plaine, j'espère que vous avez de la bonne musique pour tenir le coup!

10/05/2013 à 05:18:47 +02:00

Laisser un commentaire




06/05/2013