Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

La région des mines

Nous quittons le parking, comme d’habitude assez tôt, puis rejoignons la route en direction de Kalgoorlie-Boulder, la grosse ville minière du coin. La route est identique à ce que nous avons maintenant l’habitude d’emprunter : grandes plaines et peu de villes. Nous arrivons à Kalgoorlie vers 10h, notre première destination est le Goldfields Oasis Recreation Center : un grand centre avec piscine, salles de sport, de fitness… La piscine est presque vide, nous avons donc une ligne entière rien que pour nous, j’en profite pour faire un maximum de longueurs et ressors de là complètement lessivé.

Propres et détendus, nous pouvons maintenant aller nous restaurer. On suit le conseil du Lonely Planet de Tom qui nous emmène dans une sorte de grand pub où je prends un sandwich pas mauvais du tout. L’étape d’après est le Super Pit, une gigantesque mine d’or à ciel ouvert que l’on peut observer depuis un point de vue. Une fois là haut, la première chose que nous remarquons est le vent qui devient de plus en plus fort en s’approchant du trou jusqu’à être violent quand on est au bord. Mais le vent n’est pas la seule chose qui nous coupe le souffle… Une fois au bord du trou, la mine elle-même est absolument incroyable : il faut imaginer un trou de 500 mètres de profondeur et de près de 2 km de longueur, dans lequel descendent des camions qui peuvent transporter jusqu’à 600 tonnes de minerai par chargement et paraissent des jouets de là où on est jusqu’à ce qu’on voie passer à côté un 4x4 qui est au camion ce qu’un kart est à un Hummer… Quelques panneaux explicatifs nous informent qu’ils font attention à l’environnement et que la mine est le plus neutre possible pour la faune et la flore, ce qu’on a tout de même un peu de mal à croire à la vue de ses dimensions. Au niveau du parking, on peut voir une pelle aux dimensions impressionnantes et une benne de camion dans laquelle tiendrait aisément un appartement de 35 m², tout ici est hors-normes !

Nous repartons de Kalgoorlie après cela, dans la direction de notre prochaine étape, Esperance, afin de trouver un parking pour passer la nuit. Après avoir roulé près de 150 km et passé un joli village minier bien riche (toutes les installations publiques ont l’air flambant neuves), nous finissons par trouver un parking qui nous satisfait et nous mettons le plus loin possible de la route histoire d’être au calme. En préparant notre repas, nous avons la surprise d’arriver à la fin de notre bonbonne de gaz… Heureusement que j’ai attendu avant de casser les œufs dans la poêle ! Nous pouvons tout de même manger des beans tièdes avec un oignon revenu, ce qui est mieux que rien.

Nous partons tôt le lendemain, sans même pouvoir se faire un café, direction Esperance, à quelques centaines de kilomètres de là. Dès que nous arrivons dans la ville, nous nous mettons en quête d’un moyen de recharger notre bonbonne de gaz. Après avoir demandé au centre d’information, nous sommes redirigés vers un magasin de barbecues (eh oui, ça existe en Australie ce genre de magasins, le barbecue est une vraie religion ici !) qui nous remplit notre bonbonne pour 9,5$. Je m’attendais à pire, c’est presque une bonne surprise… Nous allons ensuite nous promener dans la ville, mais il y a beaucoup de vent et le temps est gris. Les plages sont donc beaucoup moins belles qu’elles pourraient l’être, surtout que la marée a déposé sur le sable des amas d’algues qui ne sont pas du meilleur effet. La ville en elle-même n’a pas d’intérêt particulier et nous nous dirigeons donc vers un Red Rooster pour notre repas. J’avais repéré cette chaîne de fast food depuis quelques temps, et il me tardait de l’essayer. Ils proposent du poulet préparé de toutes les façons possibles (quart, demi ou même poulet entier rôti, burgers de poulet, poulet pané…), et ce n’est pas mauvais du tout. Nous mangeons cela à l’abri du vent dans notre van et nous sommes bien rassasiés !

Après ce repas, nous prenons la Great Ocean Drive, il s’agit d’une route qui longe la côte autour d’Esperance. Le nom fait forcément penser à la Great Ocean Road autour de Melbourne et la comparaison tient la route : les paysages traversés sont vraiment magnifiques et les plages plus paradisiaques les unes que les autres. Nous nous arrêtons à la première que nous croisons : eau turquoise, dans une sorte de baie, avec un rocher qui se jette dans l’eau et un sable blanc très fin, s’il faisait un grand soleil, on pourrait se croire aux Seychelles ! Malheureusement le vent souffle toujours et il fait bien gris. Nous passons ensuite plusieurs autres plages du même acabit puis longeons le Pink Lake qui, comme son nom l’indique, a une eau d’une couleur rosâtre assez étrange due à la présence d’une algue particulière qui prolifère dans les eaux très salées, ce qui est le cas de ce lac.

Après cette très agréable route, nous roulons vers notre prochaine étape, Albany, afin de trouver un endroit où garer notre van pour la nuit. Nous finissons par trouver un parking sur le bord de la route avec une table de camping. Nous ne sommes pas seuls : un cycliste d’origine Taïwanaise installe son campement pour la nuit sous la table, en se protégeant du vent avec une couverture de survie posée sur la table et bloquée avec des lests. Il nous apprend qu’il vient de l’état de Victoria et qu’il a déjà parcouru près de 3500 km, en direction de Perth. Il en faut du courage, surtout que les routes sont vraiment monotones et parcourues par des road trains qui filent à toute allure et font des tous d’air monstrueux…

Albany, notre prochaine étape à plus de 300 km de là, est la première colonie européenne dans cette partie de l’Australie, avant Perth. Même si Perth a clairement pris le dessus, on sent bien que cette ville a eu de l’importance, elle a un vrai charme que n’ont ici que les villes un peu anciennes. Le temps étant vraiment mauvais (pluie et vent), nous visitons « l’antenne » Albany du Western Australian Museum. Après une donation de 5$ (gentiment suggérée par la personne à l’accueil), nous avons accès aux 3 bâtiments qui composent ce musée. Le premier retrace l’histoire de la ville, qui était à un moment le point d’arrivée de tout le courrier d’Australie Occidentale et un important port baleinier avant de se faire voler la vedette par Perth. Il y a ensuite une salle de classe du début 20e siècle, marrante à voir mais avec très peu d’explications. Et le 3e bâtiment raconte l’histoire du phare de la ville, la lentille, impressionnante, en est d’ailleurs exposée, et abrite également une belle exposition de photos animalières, principalement des crabes en très gros plan. Après cette visite intéressante, nous allons vers la bibliothèque municipale afin de voir s’ils n’ont pas un Wi-Fi gratuit ou au moins un endroit où recharger les ordinateurs dont la batterie commence à vraiment être basse. Nous ne trouvons pas le Wi-Fi, mais je peux brancher mon ordinateur et lui insuffler un peu de vie le temps de trier quelques photos et d’écrire mon blog. Après cela, la nuit commence presque à tomber et il est l’heure de partir chercher un endroit où se poser pour dormir ! Nous finissons par trouver, après avoir pas mal roulé, un parking plutôt petit mais calme qui remplira parfaitement son office.

Billet écrit le 09/05/2013


Laisser un commentaire




09/05/2013