Chroniques australiennes


Version fenêtres | Photos | RSS

Australie

Sydney

Melbourne

Adelaide

Melbourne

Mount Gambier

Adelaide

Ceduna

Norseman

Albany

Bunbury

Perth

Surfin’ Australia

Après maintenant trois mois passés à Sydney (eh oui, le temps passe vite, et les billets sur le blog sont toujours aussi rares…), je n’avais pas encore essayé le surf. Véritable institution ici, toutes les plages, du moment où elles ont un minimum de vagues (c’est à dire à peu près toutes les plages de Sydney, sauf celles cachées dans des baies) sont un repaire de surfers, dans l’eau, assis sur leur planche, à attendre la prochaine vague qui va arriver, telle une armée d’hommes en combinaison…

Je m’étais pour l’instant contenté d’aller à la plage, de m’y poser seul ou avec des potes, d’y lire, papoter, faire la sieste, prendre le soleil, occasionnellement me baigner (l’eau n’est pas forcément si chaude que ça, même si ça s’améliore nettement maintenant), mais pas davantage. Il fallait remédier à cela !

J’ai donc profité d’un jour où je ne travaillais pas pour aller rendre visite à un couple de français, Jérémy et Mylène, rencontrés dans ma première coloc. Ils ont déménagé et sont maintenant à Maroubra, un quartier au sud-est du CBD pas loin de la mer. Après presque une heure de trajet, j’arrive à Maroubra Junction, un endroit comme tant d’autres avec ses commerces et immeubles d’habitation, sans charme particulier. Mes potes habitent dans un appartement muni d’un grand balcon avec une vue bien dégagée (enfin si on évite de regarder l’usine de transfo électrique juste en face) qui les change bien du petit appartement de Chippendale… On papote un peu et Jérémy me demande si ça me branche de faire du surf. Je réponds que oui, évidemment. Il prend donc sa planche, et on se dirige tous vers la plage, à une vingtaine de minutes à pied. Le temps n’est pas superbe, assez gris, il pleut même un peu par moments, mais il fait bon, ce qui est finalement le plus important.

La plage de Maroubra est grande (davantage que celle de Bondi j’ai l’impression) et me fait un peu penser à Venice Beach, à Los Angeles, quand on s’en approche. Les petits cahutes des lifeguards en moins bien sûr… Il n’y a pas grand monde sur le sable, le temps gris aide je pense, et nous posons nos affaires pas loin de la mer. Il ne me faut pas longtemps pour aller à l’eau et prendre ma première leçon de surf !

La planche de Jérémy est une longboard, parfaite pour débuter car beaucoup plus stable que les petites planches. La première étape est de s’allonger dessus, afin de pouvoir « pédaler » (faire le mouvement du crawl avec les bras) pour prendre la vague au bon moment. Pour cela, il faut se mettre sur le côté de la planche et se jeter dessus correctement afin de ne pas mettre trop de poids sur l’avant ou sur l’arrière. Cette première étape est déjà loin d’être facile, mais après quelques essais qui finissent dans l’eau, je finis par arriver à me mettre dessus à peu près correctement. Pédaler n’est pas si dur que ça, mais il faut éviter de se retrouver parallèle à une vague qui arrive, sinon c’est la chute assurée. Il faut donc s’orienter correctement et surtout partir au bon moment. Et c’est là que ça devient plus compliqué. C’est d’ailleurs à ce moment là qu’on se rend compte si on est bien positionné : trop en avant, la planche plonge et on part la tête la première dans l’eau, pas centré, la planche tangue et on se retrouve dans l’eau également. Bref, si on est bien centré, pas trop vers l’avant et qu’on a pédalé au bon moment pour se raccrocher à la vague (oui, ça fait beaucoup de paramètres…), on glisse avec l’eau et là, c’est tout simplement magique ! Les trois ou quatre fois où ça m’est arrivé, j’avais une impression de vitesse incroyable, amplifiée par le fait que le corps est allongé à quelques petits centimètres de la surface de l’eau. J’ai essayé rapidement de me lever sur la planche, mais c’est vraiment l’étape d’après : à chaque fois tout ce que j’arrivais à faire était déséquilibrer la planche et rouler sur un côté…

C’était donc une expérience vraiment géniale, même si je suis ressorti de là le torse rougi par l’action combinée des vagues et de la cire étalée sur la planche pour éviter de déraper ! Après cela nous sommes allés un peu plus loin, vers une piscine naturelle où on a fait quelques longueurs très agréables dans une eau sans remous. Puis retour à pied vers l’appartement, avec un bon repas pour conclure une journée riche en nouvelles expériences !

Billet écrit le 30/01/2013


Pernelle

T'aurais pu t'épiler pour les photos quand même :-)

01/02/2013 à 00:47:16 +01:00

Michel

Tes clichés sont bien cadrés et représentent en une image bien le sujet.J'aime beaucoup la 1ère du 3/1 et celle du rubik's cube.Le surfeur de Marouba Beach,avec sa tonte et le fer au pied ,me fait penser à un forçat enfin libéré ;-)... des déferlantes !!!

04/02/2013 à 08:59:18 +01:00

Laisser un commentaire




30/01/2013

05/11/2012

15/11/2012

23/11/2012

29/11/2012

14/12/2012

03/01/2013

16/01/2013

02/03/2013